Et si l’Open Innovation était la clé pour redynamiser le développement des grandes entreprises ?

0
185
views

Dans de multiples secteurs d’activité, grandes entreprises et start-ups se livrent désormais une bataille féroce, chacune avec ses propres atouts. Concept né ces dernières années, l’open innovation vise à créer une synergie entre ces structures que tout oppose. Grâce au partage d’informations, grands groupes et petites entreprises cherchent à combler leurs lacunes. Quels sont les enjeux de cette initiative et à qui profite-t-elle réellement ?

 

Les grands groupes à l’origine du partage d’informations

Au cours des vingt dernières années, les grands groupes ont vu arriver sur le marché de petites structures très innovantes, dont l’atout majeur est la souplesse de leurs process. La stabilité des entreprises de grande taille finit par ne plus peser suffisamment dans la balance et il faut innover : les consommateurs souhaitent avant tout de la réactivité et une relation de proximité avec leur prestataire. Pour booster leur transformation digitale et soutenir leur performance, les grands groupes font désormais appel aux petits acteurs du marché. Création d’une nouvelle offre, amélioration de leurs méthodes et de leur image sont les enjeux majeurs. Grâce à leur souplesse, les startup ont souvent un temps d’avance en termes de R&D et font bénéficier les grandes structures de leurs recherches. De véritables atouts pour repenser une culture d’entreprise vieillissante et préparer l’avenir.

 

Quels avantages pour les start-ups ?

Les start-ups trouvent aussi leur compte dans l’open innovation. Incubateur, projet collaboratif ou concours : les grands groupes offrent une visibilité aux structures qui se lancent. Un atout non négligeable étant donné la concurrence féroce dans de nombreux secteurs. Le soutien d’un grand nom est alors précieux. Les start-ups bénéficient également des années d’expérience de leurs aînées et accèdent à des informations voire des infrastructures Cloud leur permettant de se développer plus rapidement.

 

Le choc de deux cultures

L’innovation participative est un concept attrayant. En pratique cependant, elle est parfois difficile à appliquer. Rigide, une grande structure a généralement du mal à s’adapter aux pratiques souples de la startup. Une entreprise dont la transformation digitale est encore peu avancée risque d’être plus hermétique aux process nouveaux, qui exploitent beaucoup le numérique. La réussite d’un projet collaboratif est avant tout une question d’anticipation et de gestion des personnes. L’humain joue une grande part dans la réussite d’un tel projet. Une bonne préparation et des mentalités ouvertes à la nouveauté sont une nécessité. Par ailleurs, toute grande entreprise qui se lance dans l’innovation participative doit se fixer des objectifs clairs pour tirer le meilleur parti de la collaboration.

 

Les grands groupes aux commandes

Bien que ce type de travail collaboratif profite aux deux parties, ce sont avant tout les grandes entreprises qui pilotent le projet. Elles conservent l’ascendant grâce à leur poids sur le marché, et la collaboration avec une startup a principalement pour but de moderniser leurs méthodes de travail et leur image de marque. C’est d’ailleurs le grand groupe qui décidera des startups avec qui collaborer, choisira les projets les plus prometteurs et orientera le travail de l’entreprise partenaire. Ces opérations répondent à un besoin et ont toute un objectif bien précis, qui est à déterminer au préalable. Le tout est de faire fonctionner la relation en offrant aux deux parties la possibilité de croître sur le long terme. Une stratégie gagnant-gagnant qui peut, si elle est habilement élaborée, engendrer de belles réussites et de nombreux exemples d’open innovation réussis nous le montrent

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here