Comment développer ses compétences et méthodes liées à la gestion des projets IT ?

0
181
views
Comment développer ses compétences et méthodes liées à la gestion des projets IT ?

L’omniprésence du numérique a entraîné une augmentation rapide du nombre de méthodologies de gestion de projet. De nombreuses entreprises échouent dans leurs activités parce qu’elles ne savent pas quelles méthodologies sont les mieux adaptées aux projets qu’elles réalisent. Cela conduit souvent à des déceptions et à un retour aux anciennes méthodes comme la sacro-sainte méthode en cascade. Dans cet article, nous faisons le tour des méthodologies les plus utilisées présentement afin de réussir sans effort tous ses projets informatiques.

La méthode DevOps

DevOps est la contraction des mots « développement » et « opérations ». La méthode DevOps est une méthode de développement de logiciels qui met l’accent sur la communication et la collaboration entre les professionnels de l’informatique dans le but de garantir un déploiement rapide des produits. L’objectif est de faire coopérer les développeurs avec les équipes opérationnelles dans le but de résoudre plus rapidement les problèmes, et d’automatiser les processus. La méthode DevOps permet de mettre en production le code de manière automatisée et le plus rapidement possible. Elle offre la possibilité d’augmenter la réactivité et la rapidité des équipes dans le cadre de la fourniture d’applications et de services.

Pour que la méthode DevOps devienne une méthode agile, la collaboration et la compréhension doivent être les maîtres-mots durant la réalisation du projet : la communication doit être la plus claire possible pour comprendre les besoins et les obstacles de chacun. Les missions de l’ensemble des collaborateurs doivent être connues de tous.

Pour développer ses compétences devops, s’appuyer sur des centres de compétences (ESN, cabinets de conseil, coach devops…) est souvent nécessaire !

Les méthodes agiles

Une méthode agile est une méthode de développement de logiciels itérative et incrémentale qui utilise des cycles de travail, que l’on nomme « sprints ». Un sprint est une période définie durant laquelle l’équipe effectue un certain nombre de tâches spécifiques au sein d’un projet. Le processus de développement rapide décompose le produit en petites parties et les combine pour les tests finaux. Ces méthodes sont en opposition directe avec la méthode en cascade qui était la norme autrefois.

Il existe de multiples méthodes qui se disent agiles, dont Scrum, Kanban et XP. Ces méthodes mettent à contribution les clients qui doivent être présents pour décrire de manière simple le fonctionnement du produit final. On a donc une coopération en continu entre l’équipe informatique de l’entreprise et le client. L’approche agile est bénéfique pour les projets avec des objectifs modulables. La difficulté de mise en place de ces méthodes concerne le calendrier et le coût total du projet qui peuvent être difficiles à définir en amont. De plus, cela demande une disponibilité de toutes les parties prenantes.

La méthode adaptative, ou l’Adaptive Project Framework

Comme son nom l’indique, la méthode adaptative a pour principale caractéristique d’être adaptative : les chefs de projets IT s’adaptent ainsi sans arrêt aux différents changements au sein du projet. C’est là tout le principe de la méthode adaptative : elle est utilisée pour les projets dont les paramètres et les besoins peuvent changer à tout moment. Évidemment, certains éléments peuvent rester fixes, et la réalisation du projet peut s’ajuster tout autour. C’est généralement le cas du budget et de la date de livraison. Le seul point qui ne change pas est le client : il reste celui qui décide de l’évolution du projet.

L’Adaptive Project Framework (APF) est une méthode idéale lorsque le client n’est pas certain de l’objectif du projet. Cela lui permet de faire le point de nombreuses fois tout le long du processus de développement afin de guider l’équipe dans la réalisation de son projet. En revanche, avec un projet incertain et une méthode qui n’est pas linéaire, sa réalisation peut être extrêmement longue, et surtout très coûteuse.

Méthode de gestion de projet PRINCE2

PRINCE2, qui signifie « Projects IN Controlled Environments » (projets dans des environnements contrôlés en français), est la principale norme de gestion de projet au Royaume-Uni. Elle a vu le jour en 1989 et a été utilisée dans les administrations publiques. La force de cette méthodologie réside dans sa flexibilité, son contrôle fort sur le projet ainsi que sur une répartition claire des tâches entre les membres de l’équipe.

PRINCE2 est une méthodologie qui s’appuie sur sept thèmes, sept principes et sept processus. Les préceptes fondamentaux de PRINCE2 sont ceux que l’on retrouve régulièrement dans les méthodes de gestion agiles avec notamment le découpage du projet, la distribution des rôles, la concentration sur le projet et bien sûr l’adaptabilité aux évolutions. Les thèmes font par ailleurs écho aux préceptes. On y trouve la gestion de la qualité, des risques et des changements par exemple. Les sept processus, quant à eux, sont les étapes à suivre du début à la fin du projet, ce qui fait de PRINCE2 une méthode organisée et encadrée.

Maîtriser ces méthodes et acquérir les compétences liées nécessitent d’être formés. C’est spécialement le cas du mouvement DevOps et de la méthodologie PRINCE2. En effet, pour la démarche DevOps, des centres de formation proposent, en quelques jours ou en quelques semaines, de s’approprier ses outils et ses enjeux. PRINCE2, en revanche, est une certification. Il est nécessaire pour cela de passer un examen. Des formations en interne peuvent être prévues en amont de l’examen afin de mettre toutes les chances de son côté.